Le métier de kinésithérapeute La Roche-sur-Yon Vendée

Que ce soit dans la vie quotidienne pour un massage thérapeutique, ou en cas de traumatisme grave, le kinésithérapeute intervient dans de multiples situations. Lisez cet article pour en savoir plus sur ce métier.

Entreprises Locales

(Les données locales ci-après sont fournises par toutlocal.fr.)

Chevalier
09 61 60 78 50
9 rue chaussée Des Géants
Roche Sur Yon (La), Vendée
Coverly
02 51 62 21 55
267 rue roger Salengro
Roche Sur Yon (La), Vendée
Montas Françoise
02 51 24 05 95
4 rue mar Juin
Roche Sur Yon (La), Vendée
Régnault Julie
02 51 62 06 26
7 résidence grand Pavois
Roche Sur Yon (La), Vendée
Paillat Aline
02 51 37 82 38
2 passage jardiniers
Roche Sur Yon (La), Vendée
Cantin-Chevallier Valérie
02 51 08 99 43
50 rue suifferie
Roche Sur Yon (La), Vendée
Cousseau Jean-Yves
02 51 37 13 51
14 rue archereau
Roche Sur Yon (La), Vendée
Druais-Pouilly Elisabeth
02 51 36 12 03
62 rue gén Guérin
Roche Sur Yon (La), Vendée
Pondevie Eric
09 75 97 81 19
82 rue pierre Brossolette
Roche Sur Yon (La), Vendée
Vezin Lydia Marie Anna
02 51 62 21 55
267 rue roger Salengro
Roche Sur Yon (La), Vendée
Données fournies par:
  

Le métier de kinésithérapeute

Un kinésithérapeute est un professionnel de la santé qui intervient sur prescription médicale et qui réalise de façon manuelle et instrumentale des soins de rééducation dans le but de restaurer, de développer ou de préserver les capacités fonctionnelles des patients ayant subit un handicap, une maladie ou un traumatisme.

Les tâches du kinésithérapeute commencent par le choix du traitement à mettre en pratique pour la rééducation ou la réadaptation d’un patient, cela à partir de l’analyse des éventuelles radiographies et du diagnostic d’un médecin. Les éventuels traitements qu’il prodiguera au patient peuvent être soit des massages, soit des exercices ou des mouvements que le patient doit réaliser sous son contrôle.

L’objectif du kiné est de soigner les affections bénignes telles que les torticolis, de traiter les traumatismes causés par des accidents, de soulager les conséquences du vieillissement, de réduire voire de supprimer les douleurs et de donner des conseils au patient pour éviter de rencontrer à nouveau les mêmes problèmes et pour pouvoir s’auto-rééduquer lorsqu’il sera chez lui. Pour atteindre ces objectifs, le kinésithérapeute peut utiliser la palpation, les massages ou le remodelage des muscles de manière intense ou tout en douceur selon les besoins, et ses outils de travails sont en général des crèmes et des onguents, le froid, la chaleur ou même l’électricité.

Domaine d’activité du kinésithérapeute

Les actes réalisés par un kinésithérapeute se regroupent essentiellement dans les domaines de la santé, de la forme, du bien être, de la beauté, du sport, de l’ergonomie et de la formation. Ainsi, dans les domaines médicaux, un kinésithérapeute peut intervenir dans les domaines de la rhumatologie (douleurs vertébrales et douleurs arthrosiques), de la traumatologie (sportive, post-opératoire…), de la kinésithérapie du sport, de la pédiatrie et de l’orthopédie (malformations congénitales, encombrement bronchique du nourrisson, déformations vertébrales et thoraciques…), de la kinésithérapie respiratoire (asthme, emphysème, bronchite chronique, insuffisance respiratoire, suites opératoires cardiaques et pulmonaires…), de l’uro-gynécologie obstétrique (incontinence urinaire et fécale, prolapsus, rééducation post-natale, périnéale et abdominale…), de la kinésithérapie neurologique (vertiges, rééducation de l’équilibre, myopathie, Parkinson, scléroses en plaque, paralysies, hémiplagie…) des troubles veino-lymphatiques, de la rééducation cardio-vasculaire (après escarres, phlébite, artérite, infarctus…) et de la gérontologie (conservation de l’équilibre et de l’autonomie de la personne âgée).

Mais le kinésithérapeute peut intervenir aussi dans des domaines autres que médicaux tels que le sport, la forme et le bien être (gymnastique hygiénique et préventive, massages de préparation à la pratique sportive), la prévention (étude des conditions physiques et de la pénibilité des postes de travail, ergonomie), les écoles du dos (prévention des récidives ou prévention des lombalgise) ou encore l’entraînement et la modification du geste sportif.

Kinésithérapeute sportif

Un kinésithérapeute intervient également dans le domaine sportif et peut même se spécialiser dans ce domaine, en portant le titre de kinésithérapeute du sport. Dans le domaine du sport, le kinésithérapeute intervient avant, pendant et après les compétitions sportives.

Avant les compétitions, le kinésithérapeute s’occupe de vérifier si tous les muscles du sportif se portent bien, de réaliser des soins ou de soulager en cas d’anomalie ou de douleur, de conseiller les entraîneurs sur les programmes d’entraînement les plus adaptés au cas du sportif et même de conseiller ce dernier sur son alimentation. Pendant les compétitions, le kinésithérapeute peut dispenser des soins d’urgence, intervenir lors de petits accidents (fractures, plaies, hématomes, claquages, déchirures, crampes), mesurer les risques encourus par le sportif et déterminer si ce dernier peut ou non poursuivre la compétition. Après la compétition, il adapte ses soins en fonction de la prochaine compétition du sportif en cas de blessure et il contribue à sa récupération par des massages et de la relaxation.

La formation

Pour pouvoir exercer le métier de kinésithérapeute, une personne doit être titulaire d’un diplôme d’Etat qui se prépare en trois ans dans des instituts publics ou dans des instituts privés agréés par l’Etat. Pour pouvoir accéder au concours d’entrée dans les instituts, l’étudiant doit avoir un Bac scientifique ou justifier d’une expérience professionnelle d'au moins 5 ans. Les étudiants s’inscrivent souvent dans des instituts de préparation au Diplôme d’Etat pour y effectuer une année spéciale de préparation au concours d’entrée.

Concernant le schéma des études, la formation dure 3 ans et comporte 16 modules d’enseignement théoriques qui se répartissent sur 1012 heures de formation et des travaux pratiques et des travaux dirigés qui se répartissent sur 848 heures de formation. La formation met également l’accent sur la pratique professionnelle en exigeant des durées de stages de 1205 heures. La première année de formation se concentre surtout sur un enseignement de base (morphologie, anatomie, massage, biomécanique, appareil locomoteur…) et les deux dernières années de formation s’orientent plus vers des travaux d’application (techniques masso-kinésithérapiques, technologie des apparaeils…).

Pour obtenir le Diplôme d’Etat, il faut la validation de tous les modules et stages et la réussite à un examen final qui comporte la soutenance d’un travail d’intérêt professionnel d’une quinzaine de pages et deux épreuves de mise en situation professionnelle.


Après la formation

Le diplôme en poche, l’étudiant peut soit continuer ses études, soit tout de suite travailler. Pour ceux qui veulent continuer leurs études, leur formation leur donne accès à la licence des sciences de l’éducation et à la licence des sciences sanitaires et sociales. Sinon, ils peuvent également effectuer des spécialisations ou obtenir un diplôme de cadre de santé qui se prépare en une année après 4 ans d’expérience professionnelle.

Quant à ceux qui veulent tout de suite travailler, les débouchés de la formation sont variés. Le kinésithérapeute peut soit exercer principalement à titre libéral, ce qui concerne environ 75% d’entre eux. Mais il peut également choisir de travailler dans la fonction publique hospitalière ou dans le secteur privé (dispensaires, établissements de rééducation fonctionnelle, établissement thermaux, domaine sportif…).